La route de Bénares

Publié le par Sur la route de soi

   Nous quittons notre jardin de manguiers d'assez bon matin. A midi la forêt, ses singes et ses rivières sont loin derrière nous.
   Nous nous arrêtons déjeuner au bord de "l'autoroute" : le temps de cuisiner des Indiens se sont (quelle surprise !), assez timidement, approchés. Certains finissent par repartir, nous proposons aux deux qui restent de partager notre plat avec eux. Le premier transmet le message au deuxième qui s'enthousiasme : c'est celui-là qui avalerà lui tout seul l'assiette que nous avions préparé pour les 2 ... et se resservira ! A la fin du repas, il veut partir avec nous, peu importe l'inconnu que représente notre route pour lui ! Nous ne pouvons accepter ...

   Route de merde : des cratères pire que jamais ; nous sommes contents d'avoir refusé obstinément de payer au péage !
  
Inde_Uttar-Pradesh.JPG

   En fin d'après-midi nous passons la frontière du Madya Pradesh et entrons dans l'Etat de l'Uttar Pradesh. Peu après nous arrivons tout à fait au bord du haut plateau sur lequel nous roulions. Le coin est désert, la terre rouge, ravinée par des pluies déjà anciennes. Soirée parfaite dans le plus grand des calmes imaginables ... Les insectes ont le monopole de l'espace sonore ; très bucolique ...


  

     Lundi 22 mars.   Départ très matinal. Descente dans le lever du soleil du plateau vers la vallée du Gange. Dans les bourgades, des vélos partout, partout !
    Nous arrivons à Varanasi en milieu de matinée par la route de Marzipur. Nous traversons le Gange : la ville est entièrement construite sur sa rive Nord-Ouest. Le fleuve, pourtant très large, n'occupe qu'une toute petite partie de son lit. Ses bords sableux nous rappellent la Loire.
   Et puis la ville. Nous devons la traverser pour atteindre l'Haïfa Guesthouse que nous avons repérée  ... Prise dans une folie de rickshaw (charettes-vélo), touktouks, camions,  vélos et piétons, la voiture chauffe, chauffe, Clément angoisse, panique ... Et voilà que la voiture peine à redémarrer (or, pour limiter l'échauffement de la voiture, Clément coupe le moteur à chaque arrêt) ... Il faut s'y reprendre à 4, 5 fois ...
    Inde Benares chez garagisteLe démarreur nous a lâché ... Introuvable en Inde ! Le voyage s'effondre ... Clément commence à imaginer plans et solutions de rechange, moi, innocence et optimisme de l'ignorance oblige, je garde confiance. Nous passons l'après-midi sur le bord de la chaussée devant les échoppes de garagistes. Opération à coeur ouvert du démarreur : Clément surveille avec un peu d'appréhension le démontage ... Les gars ont tôt fait de trouver la panne - un joint en cuivre fondu - et de remplacer le joint en question. Ils peinent un peu à tout remonter mais, en moins de 3h, l'affaire est bouclée. 1200 roupies (presque 20 euros) : très cher payé pour ici, mais c'est le prix de notre soulagement !!!

Inde Benares chez garagiste (8)

Inde_Benares_chez_garagiste--2-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

   Nous parvenons à notre hôtel à la nuit tombée, liquides et noirs de crasse. Nous nous demandons si, après l'état liquide, nous connaîtrons bientôt l'état gazeux ...

 

Dans les rues de Varanasi :

Inde Benares chez garagiste (10)Inde Benares chez garagiste (15)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inde Benares chez garagiste (16)

 

 

 

 

 

 

Inde Benares chez garagiste (17)

Publié dans Inde-1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article