Frontière Pakistan-Inde : Deuxième jour

Publié le par Sur la route de soi

  Inde frontiere Wagha(1) Et nous voilà repartis en direction de Wagha, le poste frontière. Une fois là-bas, forcément pas d'électricité donc pas de fax. Or le plan était de téléphoner dès l'ouverture aux bureaux de l'Automobile Club à Paris (8h30 en France ça fait 13h en Inde) pour qu'ils faxent aux douanes un message expliquant qu'ils ont fait une erreur, que le camion a bien une valeur. Arnaud réussit après plusieurs tentatives à avoir, au bout du fil, la personne compétente, et lui demande d'envoyer le fax à Amritsar qui attestera de la bonne réception aux douaniers par téléphone ... Longue attente ... nous arrachons les scellés et préparons une omelette de patates sur le réchaud devant le camion.

   Au bout de 2 bonnes heures. L'électricité revient ... et ... le fax est arrivé à Amritsar. Une seconde nous croyons qu'il va falloir tout recommencer et expliquer à l'Automobile Club de renvoyer un fax directement à la douane ... mais non ! Papiers tamponnés, tout est en ordre, le véhicule va pouvoir passer la frontière.

   Il est 16h, et de nouveau, comme la veille, une foule indienne se hâte vers les portes de la frontière. Nous nous joignons à eux. Clément a toutes les peines du monde à passer les contrôles qui permettent aux spectateurs d'accéder aux tribunes : il est bien indiqué que les sacs et bagages sont formellement interdits or Clément porte le sac à dos dans lequel se trouve appareils photos, ordi, disque dur, jumelles, caméras, i-pod et j'en passe ... les militaires le fouillent de A-Z, le laissent passer avec le sac mais lui gardent ses couteaux, son briquet ...et le même scénario recommence aux contrôles suivants. Moi j'ai le droit à une fouille au corps derrière des pailloux par de jeunes militaires femmes en tenue très moulante (ça ça me surprend parce que ça fait bien longtemps que je n'ai pas vu les formes des femmmes ...). Un peu découragés nous poursuivons tout de même notre évolution, à rebrousse-poil pour ainsi dire, vers la frontière pakistanaise. L'entousiasme des Indiens autour de nous est tel que nous ne pouvons pas renoncer à aller voir.
   La cérémonie ? En elle-même rien de bien exceptionnel. Comique pour sûr, ces gardes en tenue très "british" poussant des cris dont toute la virilité tient dans la tenue de la note. Puis ils vont tour à tour s'échanger de faux coups de pied avec les soldats pakistanais avant de s'entraider les uns les autres pour hisser leurs drapeaux respectifs. Sympa, insolite, mais non, le spectacle n'est pas là. Il est dans les tribunes. Une foule en liesse, patriotiquement déchainée. Je ne suis jamais allée voir de match de foot mais c'était une ambiance de grand soir de match retour. Ca hurle, ça applaudit, ça se lève, ça mitraille de photos, filme. Et il faut voir les militaires filles dans leur uniforme moulant rappeler tout le monde à l'ordre (au silence, et assis) tandis que le chauffeur de salle (car il y en a un, officiel, le maître de cérémonie, le monsieur loyal),  exhorte la foule à ovationner, chanter, huer, crier. De la folie ! Hallucinant. On se sentait tout petits au beau milieu de cette comédie de patriotisme.
Inde frontiere Wagha (5)Inde frontiere Wagha (7)
  










Cette fois-ci quand nous repassons la dernière grille du poste-frontière, pour de bon, c'est avec toute cette foule de touristes indiens déchainés !!!
   Et nous reprenons la route, traversons Amritsar et en ressortons par le sud, cap sur Taran Taran. Ce soir nous dormirons derrière un petit bouiboui routier où nous avalons de petits gamelles de lentilles ni bonnes ni mauvaises.

Publié dans Inde-1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article