De Rishikesh à Manali

Publié le par Sur la route de soi


      Il nous reste quelque 550 kilomètres avant d'atteindre Manali. Nous mettrons trois jours pour arriver à destination. La route est tantôt mauvaise, tantôt bonne et même de temps en temps très bonne !! Eh oui, ça peut arriver surtout quand vous êtes sur une route très très touristique.


        Mercredi 30 juin : un peu de chaude plaine avant la fraîcheur des hauteurs


       Nous roulons paisiblement la fin de matinée et à notre grande surprise le relief est inexistant ! La route est plate ! Enfin pas tout à fait, nous avons roulé pendant une bonne heure et demi sur des vagues ! Impossible de dépasser les vingt kilomètres à l'heure, nous n'avions encore jamais connu de route comme celle-là ... Quand nous essayons d'accélérer, nous nous retrouvons tantôt la tête dans le plafond, tantôt les fesses dix pieds sous terre. Je ne vous fais pas part des souffrances des amortisseurs ...

      Plus loin, plutôt que de garder la grand route en direction de Chandigarh nous décidons de couper par les montagnes pour, d'une part, passer la nuit au frais et, d'autre part, visiter la ville de Shimla.

       Pour ce premier soir, après avoir atteint 1500 mètres d'altitude, nous trouvons un petit chemin de terre rouge qui descend. Au deuxième virage, le chemin s'arrête et l'endroit est plat. Vous pouvez pas imaginer notre joie quand nous trouvons ce genre de petit coin de paradis qui nous garantit à 50% que nous ne serons pas derangés.


        Jeudi 1er juillet : Shimla en bottes sous le parapluie

Inde Himachal Pradesh Shimla (5)






      Le lendemain matin, il pleut. On décide d'attendre que cela s'arrête pour repartir. En même temps, c'est le début de la mousson donc il se peut que cela ne s'arrête jamais !


      Finalement, on plie les gaules et nous essayons de repartir mais en vain. Les pneus avant sont lisses et le sol rouge est glissant ! Après s'être acharnés, on réussit tant bien que mal à aller remettre nos roues sur le bitume trentes mètres plus loin. A force de patinage, la boue a fini par maculer les flans de la Grenouille. Nous passons toute la matinée sur ses routes en lacets pour finir par atteindre Shimla.






Inde Himachal Pradesh Shimla (2)

Inde Himachal Pradesh Shimla (3)Inde Himachal Pradesh Shimla (4)
















      Inde Himachal Pradesh Shimla (6)Shimla, ville construite par les Anglais lors de la colonisation. Pas trop loin de Delhi et à deux mille mètres d'altitude les Anglais en avaient fait leurs quartiers d'été ! Eglise, restes de bâtiments à l'anglaise ferons de notre visite de quelques heures un agréable moment. Les Anglais n'étant plus là, les Indiens ont pris le relais. Les rues sont bondées. La classe moyenne est ici ... La rue principale se situe sur la crête et en son commencement il y a des loueurs de poussettes !!! Pour quelques roupies, vous pouvez louer une poussette avec un petit piano électrique devant pour que votre enfant vous casse les oreilles toute au long de votre promenade. Les écoliers sont partout, avec les uniformes représentant leurs écoles respectives. Vu la foule, nous supposons que c'est la rentrée des classes. On ne met plus un pied devant l'autre ...


Inde Himachal Pradesh Shimla (11) 

 


Inde Himachal Pradesh Shimla (13)


      Bivouac près de la grande maison rose et blanche


      Pour ce deuxième soir, ne trouvant pas où se mettre pour être à l'abri du bruit des camions, on s'engage sur un petit chemin qui donne sur une grande maison blanche et rose ! Inde Himachal Pradesh route-de-ManaliSur le toit, une jeune fille prend le soleil et admire la vue de chez elle tout en buvant un verre. Nous nous présentons en deux mots et lui faisons comprendre que nous aimerions bien passer la nuit à côté de chez eux. Une seule nuit nous demande-t-elle ? Oui, une seule. Elle nous donne son accord et disparaît. On se range bien sur le côté pour être à plat et commençons à préparer le dîner. Un bruit lourd et imposant nous fait nous retourner. Un bus comme il y en a tant en Inde s'engage sur le chemin pour arriver à notre hauteur. Dedans, le fils de la maison et un oncle au volant. Intrigués mais le sourire aux lèvres ils nous questionnent du regard. On explique. Il n'y a pas de problème, nous sommes les bienvenus, ils espèrent juste qu'ils arriveront à garer les deux bus à venir car ils tiennent une entreprise de transport comprenant au total trois bus. A chaque arrivée de bus les mêmes questions. Plus tard, le fils nous offre quelques tomates, trois piments et de la coriandre tous trois venus du jardin en signe de bienvenue. Après avoir vu chaque membre de la famille et taillé le bout de gras avec chacun, on réussit à se mettre au lit pour s'effondrer de fatigue.


       Vendredi 2 juillet : dernière "ligne droite" avant Manali


      En reprenant la route le lendemain matin, nous pensons atteindre Manali le soir même. Tout le long du chemin nous posons toujours la même question car nous sommes un peu inquiets pour la fin du trajet. A quelle altitude se trouve Manali ? Personne ne peut nous répondre mais tout le monde nous affirme qu'à Manali il fait froid, donc que c'est très haut. Intérieurement nous espérons que ça ne soit pas à plus de trois mille mètres sinon nous n'arriverons jamais à y monter.

      Pour le déjeuner, nous faisons halte dans un petit bouiboui de bord de route qui ne paye pas de mine mais nos estomacs crient famine. A notre grande surprise, à l'arrière, il y a un balcon qui donne sur un joli jardin qui lui même est face à la rivière. Le tout saupoudré d'un petit soleil juste comme il faut et nous sommes aux anges. Pour se mettre en bouche, nous testons un plat du sud : la dosa, grande galette, cuite que d'un côté et fourrée de fromage, de légumes et d'épices. Un vrai régal.

      Nous reprenons la route ; le traffic ralentit et toutes les voitures tournent à gauche. Un tunnel et quel tunnel ! Nous nous sommes promis de regarder le compteur au retour car il nous a semblé interminablement long ( 15 minutes environs) ! En guise de sol, des plaques de béton accolées les unes aux autres. Sur les côtés, la roche taillée comme ils ont pu. Durant toute la traversée très peu de lumière et une seule issue de secours donnant directement dans la rivière en cas de problème. Nous ne nous attendions pas à cela et on se demandait quand ça allait finir. Puis le jour est réapparu et, de petites côtes en petites côtes, nous avons rejoint Manali. Et moi qui appréhendais cette montée qui devait être difficile ! Tout s'est parfaitement bien passé, Manali n'est en fait qu'à deux mille mètres.


      Arrivée en beauté à Manali


       Maintenant, nous essayons de trouver un endroit pour élire domicile quelques jours le temps de trouver une moto et d'attendre notre copain Fabien qui doit arriver vers le 6 juillet avec sa douce.

Le New Manali ? Même pas la peine d'essayer de chercher un endroit, c'est une ville archi-bondée de touristes donc pas un seul mètre carré de vert pour Grenouille. Nous essayons de rejoindre Vashisht un petit village un peu isolé.

      

Inde Himachal Pradesh route-de-Manali (2)







       On cherche, on ne trouve pas mais on s'engage sur l'autre rive qui nous paraît plus propice pour se poser. Un chemin de terre, demi-tour et en sortant de celui-ci, j'arrache la ligne d'échappement sur le bitume.


      Les deux silents blocs du pot sont arrachés et un des colliers qui sert à raccorder les différents morceaux nous restent dans les mains. Il ne reste plus qu'à enlever une partie du pot et la fixer à la galerie pour la suite du voyage. Après une heure de mécanique, c'est reparti et Grenouille ne fait même pas un bruit de camion !


      

 

 

 

 

 

 


      Plus loin, le long de la rivière on empreinte un chemin caillouteux pour tracteur car il y a un petit carré de pelouse qui nous plaît bien. On s'engage, Grenouille passe le pierrier sans toucher une seule fois et il ne nous reste plus qu'à nous installer.


Inde Himachal Pradesh route-de-Manali (4)Au-dessus de Manali


Publié dans Inde-2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> <br /> Bonjour, je vous suis toujours avec le même plaisir et suis heureuse de constater que vous arrivez à vous sortir de toutes les situations un peu périlleuses et à vaincre la maladie, la chaleur<br /> etc... Grenouille tient le coup! Merci pour toutes ces images et pour vos textes. Ici c'est aussi la chaleur , sans mousson mais avec moisson!!! Faites bien attention à vous; Plein de bisous<br /> Fabienne <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre