A travers les Monts Arawelli ...

Publié le par Sur la route de soi

    Et nous avons repris la route, la route du Sud, en direction d'Udaipur. Après des kilomètres et des kilomètres de plaine désertique, à peine valonnée par endroits, nous apercevons enfin, à l'horizon, à travers la brume de la chaleur, des montagnes. Ah non, ce n'est pas encore l'Himalaya, même pas le Massif Central, mais il y a des courbes et des crêtes, des vallées et des gorges et même des sommets, nous dit la carte, à 1300 mètres. C'est mieux que rien : on est preneurs ! Nous sommes toujours dans le Rajasthan mais c'est cette chaîne de montagne qui empêche les nuages de la mousson d'aller irriguer plus avant le reste de l'Etat, d'où les déserts. Mais on comprend vite qu'à l'abri de ces reliefs-ci les vallées cachent des oasis.

La surprise

  Inde route direction Udaipur Singes (18) On s'engage dans les montagnes par une petite route sinueuse à travers une forêt. Et dès le premier virage c'est le bonheur : toute une famille de singes est installée là, sur le muret, comme si elle nous attendait. On s'arrête, on les observe comme ils nous observent. Ils ne nous lâchent pas des yeux, surtout les mères, qui se méfient. Mais nous sommes à peine à 2 mètres et ils n'ont pas l'intention de fuir. On sort le pain, les biscuits. Ils sautent dessus, montrent les dents à Clément qui lâche le paquet. Ce sont des gourmands ! Mais il faut les voir, toutes leurs expressions, leurs positions sont si ... humaines ! Nous on se régale ! Tout d'un coup quelques singes lancent un mouvement qui sera suivi par tous. L'un après l'autre, les mères et leurs petits ainsi que les jeunes d'abord, ils traversent la route et vont s'installer dans un arbre à une vingtaine de mètres de nous. On croit qu'ils ont décidé de migrer voyant que nous n'étions pas décidés à partir jusqu'à ce que ...
   ... sur une moto pourrie deux hommes arrivent : l'un porte un grand sac de jutte. Les singes se précipitent et viennent s'installer en rang sur le muret et, l'un après l'autre, viennent chercher les épais chapatis (galette de pain) encore chauds que le type vient leur distribuer. Inde route direction Udaipur Singes (15)Il y a un certain ordre qui règne, mais les singes, surtout les gros mâles, sont bien gloutons, et il y a quelques chamailleries pour le deuxième service. Nous on est au premières loges  du spectacle !!! La moto repart nourrir leurs confrères plus haut. Nous la suivons et assistons au dîner de tous les singes de la vallée !!! Mais la hotte du Père Noël, bien que grosse, est vite vidée.
   Petite nuit extrèmement calme et reposante dans la fraîcheur des montagnes, encore tout enchantés de notre rencontre avec les singes.



    Le lendemain nous découvrons les fortifications de Kumbalgarh, perdues dans la nature. 36 km de remparts autour d'un fort désaffecté, d'un hameau de paysans, de champs, de patûrages et de barrages à sec que les locaux, hommes femmes et enfants, sont en train retaper. Ce site est grandiose, magique, perdu. De là-haut on domine une mer de petits monts arrondis, jaunes d'aridité, piqués de petits arbres sans feuilles (c'est l'hiver, n'oublions pas) surgissant d'une chaude brume. On s'amuse à imaginer les tigres, les loups et les antilopes qui peuvent rôder, à notre insue, au fond de ces vallées.
IMGP6963
On reste un long moment à s'ennivrer de ce paysage qui nous rappelle à tous deux les étendues vierges du Seigneur des Anneaux (encore !) avant de se lancer dans une belle promenade par monts et par vaux toujours à l'intérieur de ces fortifications, par les chemins empruntés par les dromadaires de bâts et les sentiers tracés par les bergers et leurs troupeaux. Nous longeons plusieurs kilomètres de remparts qui nous font gravir plusieurs centaines de marches ... avant d'arriver à un temple jaïn désaffecté qui, tel un petit Parthénon, surgit au-dessus de cette nature déséchée. Décidément la magie est partout !
IMGP6983

Des rizières à Ranakpur


   IMGP7001Et puis c'est une vallée de rizières et de champs de canne-à-sucre, de petits villages vivant à leur rythme, un rythme ancestral. Celui des boeufs qui font tourner la roue qui entraîne un axe qui fait tourner une autre roue qui fait remonter dans des vieilles boîtes de métal de l'eau du fond d'un très profond puit ... Il faut avoir le temps, hein ? C'est autre chose que de tourner le robinet ! C'est exquis même si au fond on se demande toujours un peu ce qu'on fait là à les regarder vivre ... à les regarder survivre ... Et puis de nouveau les petites routes qui nous font escalader la montagne d'épingle à cheveux en épingle à cheveux.

    IMGP7030Et puis un sanctuaire de temples jaïns dont celui d'Adinath, le plus grand du pays, mais pas notre préféré : trop de touristes, car de Français, Indiens en famille ou en excursion scolaire ; nous préférons de loin notre petite temple perdu de la veille. Mais il y les perroquets verts, les singes gris, les énormes ruches dont les alvéoles dégoulinent de miel, les bougainvillers et les lauriers en fleurs, les eucalyptus géants, sans parler de toutes ces plantes que nous ne savons pas nommer.



IMGP7019
Ce que le temple cache : une ruche géante d'abeilles géantes et quelques singes en promenade ...

IMGP7022













Matin "tranquille" à l'indienne ...

   Le matin suivant, installés pour la nuit sur le petit parking d'un "point de vue" sur de profondes gorges (pas mal hein ? mais moi je ne suis guère rassurée à cause des léopards qui peuplent encore le coin et de soi-disant bandits de grand-chemin -pauvres Indiens bourrés- qui soit-disant oeuvreraient sur "la route des montagnes"... surtout à cause des léopards à vrai dire), nous nous faisons emmerdés par 9 jeunes Indiens qui squattent le parking plusieurs heures durant et assiègent la voiture. Nous on veut dormir, pas discuter, surtout répondre aux éternelles questions "what country ?" "what name ?" ...  Un des gars se vexe, appelle la police pour parler de nous et tous se tirent. Une heure plus tard une bonne quinzaine de flics débarquent, un colonel ou équivalent à leur tête : quelqu'un leur a signalé une voiture abandonnée, ils viennent enquêter ... On maudit les petits cons du matin !

L'autoroute

    C'est fini pour les montagnes ... nous les quittons par ... une autoroute ! Si si ! Une autoroute ! En tout cas on paye à l'entrée et ensuite c'est une 2x2 voies séparées par un large terre-plein central. Une autoroute quoi. ça faisait longtemps qu'on n'avait pas vu ça ! On peut même faire du 100 à l'heure avec la voiture, on n'en revient pas ... Mais ça ne dure guère longtemps : au bout de quelques kilomètres on doit passer sur les voies de droite (en Inde on roule à gauche). Il y a eu des gros éboulements (Ils avaient dû oublier de consolider les parois lorsqu'ils ont creusé la roche pour construire la route) et à partir de là ce n'est que slalom entre les voies de droite et celles de gauche, le tout sans signalisation ... De toute façon ça ne change rien car même lorsque les 4 voies sont praticables il y a toujours une moto (ou une voiture) pour rouler à contre-sens, des vaches allongées sur le terre-plein central ou des buffles piqués au milieu des voies, des gens qui traversent, des conducteurs qui s'arrêtent pour papoter avec les villageois du coin installés en bord de route avec leurs enfants pour écosser les petits pois ou que sais-je encore ! Bref c'est folklo et pour sûr pas ennuyeux pour un sou !!! On en a pour notre argent : un vrai parc d'attractions !


Publié dans Inde-1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article