A Jaisalmer, la vie couleur sable

Publié le par Sur la route de soi

Inde Jaisalmer fort ville (61)



Jaisalmer



   Petite ville de 80 mille habitants, toute petite pour l'Inde, aux confins du Rajasthan, près de la frontière pakistanaise. Nous arrivons après une journée et demie de route. A l'horizon se découpent les traits de cette forteresse, tel un château de sable sortit de nulle part ...


Inde Jaisalmer fort ville (17)Inde Jaisalmer fort ville (25)
Inde Jaisalmer fort ville (40)
  
















   Ville du bout du désert qui ne vit maintenant que du tourisme ou presque. Ce calme que nous pourrions comparer à celui de Chamonix en pleine saison nous ravit ! Je ne vous décris pas la ville, vous l'avez  sur les photos.
Inde Jaisalmer fort ville (55)Inde Jaisalmer fort ville (11)Inde Jaisalmer fort ville (58)

 















   Dans la forteresse, on croise un cortège : monté sur un cheval blanc, accompagné de ses cadets, ce jeune homme s'en va chercher sa future épouse qu'il ne connaît probablement pas encore. A priori un mariage arrangé comme dans 90% des cas en Inde. Et ça danse et ça tambourine dans les rues !

Inde Jaisalmer fort ville (33)

 
Inde Jaisalmer campement ensablement (2)Le soir, cherchant à s'etablir dans le désert apres la visite de deux temples jaïns (encore une autre religion d'ici), nous avons même réussi à nous ensabler à la tombée de la nuit ! Un peu trop en vue de la petite route mais bon, n'ayant pas le choix, nous avons passé cette nuit en étant sûrs pour la première fois du voyage que l'on ne se ferait pas voler Titine ni délogés.

   Ca y est, elle a un prénom. Eh oui, de temps en temps je lui parle pour lui donner du courage car la route n'est pas un long fleuve tranquille pour une vielle dame de 25 ans. A vous les photos! Elles parlent d'elles même.

Inde Jaisalmer campement ensablement (7)Et le lendemain matin ...

    Nous sommes toujours les 4 roues dans le sable et comme nous nous y attendions, un Indien nous réveille pour savoir d'où on vient et comment on va. Pour une fois, celui là il va nous servir !!!  Après lui avoir exposé le problème de la voiture, il rentre chez lui et revient une bonne demi- heure plus tard avec du lait tout frais et chaud, sorti directement du cul de ses vaches. Avec ses copains et avant les grand moyens, on essaye de sortir la voiture en la poussant puis en dégonflant les pneus, ce que je ne voulais absolument pas faire. Pourquoi ? Parce qu' il y avait la solution du tracteur, rapide, efficace et que regonfler les pneus à la pompe à pied à trois bars et bien ça demande du temps et surtout de l'énergie et ça au réveil et bien je m'en passerais bien.
   Bref, nous voilà pneus regonflés et voiture sur le bitume grâce ... à un tracteur de passage. On repart mais, après quelques kilomètres, alors que je freinais pour aborder un croisement, la voiture s'écarta brusquement sur la gauche comme si je venais de crever ! Après inspection des roues, rien. Je mets la tête sous la voiture et là, je comprends que nous avons perdu une vis du tirant de chasse. C'est quoi ? Et bien c'est cette vis qui permet à la roue de ne pas se tirer pour résumer la chose.
   J'explique le problème à Léo qui, dans la foulée, m'informe que, pendant que je travaillais au désensablage de la voiture, elle avait trouvé une vis toute pourrie et, pensant qu'elle appartenait au tracteur, l'avait remise au chauffeur !
Demi-tour direction le village pour essayer de retrouver ce fameux tracteur. Heureusement nous le retrouvons aux abords de la fête du village qui se déroule dans un temple en l'honneur du villagois qui a été élu aux cantonales. Le chauffeur pas là.
    C'est la fête alors imaginez une bonne trentaine de personnes autour de la voiture avec toutes les questions qui vont avec. L'un d'eux nous dit qu'il vient d'appeler le chauffeur, que celui-ci a gardé la vis et va venir pour nous la rendre. Soulagés on attend en compagnie de tous ces curieux. Voilà notre vis, et c'est bien elle, mais elle est hors d'usage. Je pense que les routes pakistanaises ne lui ont pas réussi. Le fils de l'élu, même pas impressionné par ça, nous dégote en exactement deux secondes une vis qui loge parfaitement . Je suis sur le cul car on est quand même dans un village du désert !
    En deux deux, c'est réparé et la voiture est prête pour repartir. Pas question de cela avant d'avoir déjeuné parmi les villageois car c'est jour de fête et on insiste beaucoup pour que nous soyons de la partie. Une heure après nous revoilà sur la route en direction de Jodhpur.

Publié dans Inde-1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Je ne me lasse pas de vous suivre et de vous lire.Formidable. Et avec les photos c'est encore mieux. Ici c'est le temps des vacances,grace à vous nous voyageons et révons.A+. Isabelle<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Salut Les jaune ca fait plaisir de voir un peu vos têtes et ou vous en êtes.<br /> ca faisait un baill que j'avait pas jeté un oeil. Alors est ce que "Soi" se rapproche au fil des kilomètres??<br /> bonne continuation, bonne route et bonne année bon dieu:<br /> Roberto<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Salut les amis,<br /> Je viens de lire les derniers articles et j'avoue que ca donne envie de voyager et notamment en Inde. J'espère que la voiture fonctionne toujours aussi bien depuis l'autre fois. Bonne continuation<br /> et on pense bien à vous. Bisous les loulous.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Super cet article, la on est vraiment dedans avec vous à vivre l'aventure :-) Continuez à vous éclater (pas les vis de la titine)<br /> bisoux<br /> Alex<br /> <br /> <br />
Répondre