Pour quoi ?

Publié le par Sur la route de soi


  
      "Je suis allé à Koumassi sans but précis. En général, on considère qu'avoir un objectif, c'est positif car cela motive. D'un autre côté, quand on a un but, on a des oeillères ; on a en vue son objectif et rien d'autre. Or ce qu'il y a autour, dans un horizon plus large, un champ plus profond est souvent bien plus intéressant et important. Aborder un univers c'est pénétrer un mystère pouvant receler une infinité de labyrinthes, de recoins, d'énigmes et d'inconnues."
Ryszard Kapuściński*, Ebène, Aventures africaines
La structure du clan (Pocket p. 33)

    Pour quoi ?
    Pourquoi  partir ? Pourquoi aller où le bon sens dicte à la plupart des gens de ne pas aller ?
Pour quoi ?
    Pour rien ... ou plutôt ...

    ... parce que ...
    Parce que plein de choses, parce que la curiosité, parce que les rencontres, parce que les découvertes, parce que "pourquoi pas ?"
    Pourquoi pas ailleurs plutôt qu'ici ? Pourquoi ne pas aller voir plus loin qui y est, et ce qu'on y fait, ce qu'on y dit, ce qu'on y pense, ce qu'on y danse, ce qu'on y chante, ce qu'on y cultive, ce qu'on y vit ?
    Parce que des cartes, des planisphères, des représentations du monde, partielles et partiales, qui donnent envie d'aller voir ce qui s'y cache, derrière les cartes.
    Parce que un cours de prépa sur la géopolitique du Moyen-Orient ... d'un prof qui m'a fait découvrir la géo et les regards qu'on peut porter sur le monde.
    Parce que des gens, des rencontres, des amis, au cours d'alpha à Paris, des Sri Lankais qui ouvraient si grand leur coeur, des Turcs qui avaient tant à dire ...
    Parce que Brigitte, qui a su me faire rêver à l'Inde et à Ceylan, aux couleurs, aux parfums, à la simplicité, à la spiritualité d'une vie si différente, dans une autre dimension ...
    Parce que des fenêtres qui se sont ouvertes sur le Népal, la famille Fernagu, Véro, Man ...
    Parce que des lectures, trop pour les évoquer toutes ! Mais récemment ...
L'Usage du Monde, de Nicolas Bouvier, un petit paquet glissé dans mon casier par une âme voyageuse ... lecture qui confirme notre itinéraire, sur les traces de ce voyageur suisse, 55 ans plus tard  ...
Ebène
, de Ryszard 
Kapuściński, ou savoir sortir des sentiers battus ...
Les Hauts Plateaux de Lieve Joris, pour le trésor que représente chaque rencontre quelle qu'elle soit ...
Prisonnière à Téhéran de Marina Nemat, pour se remettre un peu en question (est-ce bien décent de mettre en jeu la sécurité que nous procure les frontières de nos démocraties quand tant de peuples périssent d'y aspirer ?) ...
Persépolis de Marjane Satrapi, pour avoir éveillé ma curiosité sur ce peuple et son histoire ...
Les bouquins de Sylvain Tesson, pour  la culture du goût du voyage "by fair means" ...
Les enfants de minuit (Midnight's children) de Salman Rushdie pour la porte qu'il m'a ouverte sur le monde indien et son effervescence ...
Le Clézio pour l'exotisme de l'ailleurs ...
    Parce que aussi d'autres voyages, ceux que nous avons déjà faits, ceux dont on nous a parlé, ceux dont nous rêvons encore ...

Parce que nous sommes ce que nous sommes, ensemble, tous les deux réunis,
et qu'on est sur la route de ... soi ...


* reporter-journaliste-écrivain-historien polonais (1932-2007) il a été le correspondant de l'agence de presse polonaise dans toute l'Afrique durant une quarantaine d'années
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
"Si le bonheur extérieur n'est que hasard, le bonheur intérieur tu dois le construire toi-même." de Johann Kaspar LavaterEn un mot : PROFITER, de ce voyage unique.Bises
Répondre